Paysage
Alberte Langlais-Campagna, Petits Poèmes domestiques

 

Pendant la tempête

Le vent hurle, siffle et se plaint ;
Il va… bousculant tout sur son passage,
et lançant la neige à plein souffle.
Les enfants, le front collé à la vitre,
regardent monter les bancs qui, demain, crisseront
sous leurs pieds et sous leurs traîneaux.

Après la tempête

Tout est blanc… tout est calme
et dans une attitude de repos,
Les maisons sont tout emmitouflées
de cette neige, si belle
maintenant qu’elle est lasse
et que le vent est dompté.
Le soleil brille et fait naître sur tout
des paillettes d’or et des perles nacrées.

Les enfants ont de la joie plein le cœur.
Pour eux, la tempête, ce n’est pas le froid qui mord,
ce n’est pas le vent qui tord et torture…
c’est tout simplement une joie qui se prépare…
Ce matin, la campagne est couverte de skis,
de raquettes, de traîneaux, d’éclats de rire,
d’éclats de jeunesse et de bonheur qui pirouette.

 

Alberte Langlais-Campagna, Petits Poèmes domestiques

 

Photo en provenance du Web

 


 

 

Retour aux textes

 

Retour à l'accueil

 

Conception graphique Prélude
Tous droits réservés Copyright © 2019