Poisson

Paul ÉLUARD  (1895-1952)

Poète français.  A l'âge de 17 ans, lors d'une cure en sanatorium pour soigner sa tuberculose, Eugène Émile Paul Grindel rencontre Helena Diakonova, jeune fille russe qu'il surnomme Gala et dont il tombe amoureux. Gala l'initie à la poésie et devient sa muse. Il choisit alors de se faire appeler Paul Éluard, du patronyme de sa grand-mère.  Toute sa vie se confond avec le mouvement surréaliste dont il est l'un des piliers et aussi l'écrivain le mieux accueilli par la critique traditionnelle.  Entre 1916 et 1952, il est considéré comme un poète majeur.

 

 

 

Les poissons, les nageurs, les bateaux
Transforment l’eau.
L’eau est douce et ne bouge
Que pour ce qui la touche.

Le poisson avance
Comme un doigt dans un gant,
Le nageur danse lentement
Et la voile respire.

Mais l’eau douce bouge
Pour ce qui la touche,
Pour le poisson, pour le nageur, pour le bateau
Qu’elle porte
Et qu’elle emporte.

 

Paul ÉLUARD  (1895-1952)

 

 

 

Retour aux textes

 

Retour à l'accueil

 

Conception graphique Prélude
Tous droits réservés Copyright © 2018