Le poisson d'or  

Alexandre POUCHKINE (1799-1837)

Poète, dramaturge et romancier russe né dans une famille férue d'art et de littérature.  Même si Pouchkine n’a jamais écrit pour les enfants, bon nombre de ses textes, principalement des contes, ont été adaptés pour un jeune public.  Lecteur vorace dès son plus jeune âge, il étonne son entourage par son aisance à improviser comme à répéter par cœur des vers innombrables. Dès 1814 son talent poétique lui vaut une première publication.

 

 
Au milieu de l’océan, il y avait une île. Au milieu de cette île, il y avait une petite cabane. Dans cette cabane, vivaient un vieux pêcheur et sa femme.

Ils étaient très pauvres et n’avaient pour tout bien qu’un unique filet. Tous les jours, l’homme allait pêcher et tous les jours, sa femme et lui se nourrissaient du poisson qu’il pêchait grâce au filet.

Un jour, après une longue attente, il pêcha enfin un petit poisson d’or. Le poisson se mit à parler avec une voix humaine :

- Brave homme, dit-il, rejette-moi dans la mer bleue. Je suis si petit, fais-moi grâce de la vie et je ferai tout ce que tu me demanderas.

 Le pêcheur eut pitié du petit poisson, aussi il le relâcha et il rentra bredouille chez lui.

 - Eh bien, mon mari, as-tu pris beaucoup de poissons ? demanda sa femme.

- Non, répondit-il, j’ai pêché toute la journée mais je n’ai pris qu’un petit poisson d’or.

- Où est-il ? s’enquit la femme.

- Dans la mer, répondit le pêcheur, il m’a tant supplié que j’en ai eu pitié et je l’ai rejeté dans l’eau.

La femme se fâcha.

- Imbécile ! Tu avais la fortune à portée de la main et tu l’as laissée s’échapper !

Elle lui fit tant de reproches, que de guerre lasse , l’homme courut au bord de la mer, et cria :

- Poisson d’or, poisson d’or ! Viens à moi, la queue dans la mer, la tête tournée vers moi !

Le poisson d’or arriva aussitôt, et dit : 

Que veux-tu vieillard ?

-Je veux du pain pour ma femme qui est en colère.

- Va à la maison, vieillard, et tu trouveras du pain en abondance, assura le poisson.

Le vieillard arriva à la cabane.

- Eh bien, ma femme, as-tu du pain en abondance ?

- Oui, dit la femme, mais je suis bien malheureuse. J’ai cassé mon baquet, je ne sais où laver mon linge. Va trouver le poisson d’or et dis-lui que je veux un baquet neuf.

Le pêcheur alla au bord de la mer, et cria :

- Poisson d’or, poisson d’or ! Viens à moi, la queue dans la mer, la tête tournée vers moi !

Le poisson d’or arriva en disant :

- Que veux-tu vieillard ?

- Un baquet neuf pour ma femme qui n’est pas contente parce qu’elle ne peut pas laver son linge.

-Va à la maison, dit le poisson d’or,  et tu y trouveras un baquet neuf.

Le vieillard retourna chez lui, et dit :

- Eh bien, ma femme, as-tu un baquet neuf ?

- Oui, dit la femme, mais va dire au poisson d’or que notre cabane tombe en ruine et qu’il m’en faut une autre.

Le pêcheur retourna au bord de la mer et cria :

- Poisson d’or, poisson d’or, viens à moi !

- Que veux-tu ?

- Une cabane neuve pour ma femme qui est de bien mauvaise humeur.

-Très bien, va à la maison et tu trouveras une cabane neuve !

Le vieillard arriva chez lui et vit une belle cabane neuve. Sa femme ouvrit la porte et dit :

-Imbécile, va dire au poisson d’or que je veux être archiduchesse et demeurer dans un beau château où j’aurai beaucoup de domestiques qui me feront de grandes révérences.

 Le pêcheur retourna au bord de la mer et fit la commission.

- C’est bien, lui dit le poisson d’or, retourne à la maison, tout sera réalisé.

Arrivé à la maison, le vieillard vit un château magnifique. Sa femme, vêtue d’or et d’argent, était assise sur un trône et donnait ses ordres à une foule de domestiques. Quand elle aperçut le pêcheur elle dit :

- Qui est ce vieillard-là, ce mendiant ?

Et elle ordonna qu’on le mît à la porte. Mais bientôt elle voulut être impératrice.

Elle fit donc venir le pêcheur et lui commanda d’aller trouver le poisson d’or et de lui dire : Ma femme ne veut plus être archiduchesse ; elle veut être impératrice.

Le vieillard obéit et le poisson d’or accorda aussi ce souhait. Enfin, la méchante femme voulut être reine des eaux et commander à tous les poissons.

Le vieillard alla donc au bord de la mer, appela le petit poisson d’or et dit :

- Poisson d’or, ma femme n’est toujours pas contente. Elle dit qu’elle aimerait être reine des eaux et commander à tous les poissons.

- Oh, c’est trop, s’indigna le petit poisson d’or, elle ne sera jamais reine des eaux, elle est bien trop méchante et je suis sûr que tous les poissons seraient bien malheureux sous ses ordres.

Le poisson disparut en disant ces mots, et quand le vieillard arriva chez lui, il retrouva la pauvre cabane, le baquet cassé et la vieille femme vêtue de pauvres loques.

Depuis ce jour, il reprit son filet pour pêcher.

Mais il eut beau jeter son filet à la mer, il ne retrouva plus jamais le poisson d'or.

 

Alexandre POUCHKINE (1799-1837)

 

Photo en provenance du Web

 

 

 

Retour aux textes

 

Retour à l'accueil

 

Conception graphique Prélude
Tous droits réservés Copyright © 2015