Rondel canadienne
 

Albert LOZEAU  (1878-1924)
 
Né à Montréal, il étudie à l'Académie Saint-Jean-Baptiste. À l'âge de 18 ans, il est paralysé, ce qui lui permet de développer ses talents littéraires. Émotif, solitaire et nostalgique, il écrit des vers mélancoliques sur la nature, ce qui lui vaudra d'être inclus dans la littérature du terroir. Il était membre de l'École littéraire de Montréal.

 

Les beaux jours d’été sont ensevelis ;
Novembre répand sa blanche poussière.
Les arbres muets, sous les cieux pâlis,
Depuis le matin semblent en prière.

La neige en tombant tisse un grand suaire,
Fin comme un velours et pur comme un lis.
Les beaux jours d’été sont ensevelis
Novembre répand sa blanche poussière.

L’espace est couvert d’un voile à longs plis ;
Le soleil lointain retient sa lumière ;
Le deuil glisse au fond des coeurs recueillis,
Car dans la splendeur nacrée et légère
Les beaux jours d’été sont ensevelis...

 

Albert LOZEAU  (1878-1924)

  

 Photo en provenance du Web

 


 

 

 
 

Conception graphique Prélude
Tous droits réservés Copyright © 2018