Vacances
Éphémère

Avril éclôt.
Mai fleurit, jeune et beau.
Juin éclate de chaleur,
De rires, d'espoirs et d'ardeurs!
Le roux juillet,
Sur d'incandescentes clartés,
Ouvre à deux battants les portes de l'été!
Alors commencent
Les vacances.


Départs: plage et monts.
Rêves et évasions
Vers la harassante quête
Des éternelles fêtes.


Départs loin des mornes murs,
Et des visages durs!
Oh! pas tous, c'est sûr...!

Départs fiévreux,
Loin des vieux
Barreaux rouillés d'une vieille demeure,
Où, implacables, les heures
Ont coulé, tantôt lentes,
Tantôt ferventes,
Tantôt en vent de tourmente,
Au long de neuf mois
D'amertume ou de liesse ou d'émoi!


Départs: courses, air pur!
Cheveux au vent, où flotte l'azur
Des cimes
Cristallines!
Et les parfums des myrtes et les senteurs légères
Des sveltes conifères!...

Oh! puise, ami, en ces temps de vacances
Un renouveau de jouvence,
Et pour ton coeur
Une mordante ardeur,
Pour que la gloire couronne
Des fruits et des lauriers d'automne
Tes féconds futurs labeurs!
 

Éphémère

 

Photo en provenance du Web


 

 

Retour aux textes

 

Retour à l'accueil

 

Conception graphique Prélude
Tous droits réservés Copyright © 2016